domingo, 9 de mayo de 2010

AVEC LE TEMPS.

video

AVEC LE TEMPS.

Abbey Lincoln : Vocals; Pat Metheny : Guitar; Charlie Haden : Bass; Victor Lewis : Drums.

Lyrics by : Leó Férre

Recorded : may 1994

Album : A Turtle's Dream; Label : Verve/ Gitanes

Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ On oublie le visage et l'on oublie la voix/ Le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller/ Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien/ Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie/ L'autre qu'on devinait au détour d'un regard/ Entre les mots, entre les lignes et sous le fard/ D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit/ Avec le temps tout s'évanouit/ Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ Même les plus chouettes souv'nirs ça t'as une de ces gueules/ A la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort/ Le samedi soir quand la tendresse s'en va toute seule/ Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien/ L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux/ Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous/ Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens/ Avec le temps, va, tout va bien/ Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ On oublie les passions et l'on oublie les voix/ Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens/ Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid/ Avec le temps.../ Avec le temps, va, tout s'en va/ Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu/ Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard/ Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard/ Et l'on se sent floué par les années perdues/ Alors vraiment... avec le temps... on n'aime plus


Con el tiempo.../ Con el tiempo todo se va/ Se olvida el rostro y se olvida la voz/ Cuando el corazón ya no late,no vale la pena ir a buscar más lejos/ Hay que dejar las cosas como son y están muy bien/ Con el tiempo.../ con el tiempo todo se va/ El otro,al que se adoraba,al que se buscaba bajo la lluvia.../ El otro,al que se adivinaba a la vuelta de una mirada,/ entre palabras, entre líneas y entre polvos/ de una promesa maquillada, que se va.../ Con el tiempo todo se aleja/ Con el tiempo.../ Con el tiempo todo se va,todo se va,/ aun los más bellos recuerdos tienen pinta de cosa de trapería/ en los estantes de la muerte/ el sábado por la noche cuando la ternura se va completamente sola./ Con el tiempo.../ Con el tiempo todo se va/ El otro al que se le daban viento y joyas,/ por quien se hubiera vendido el alma por unos céntimos/ Ante el que se arrastraba como se arrastran los perros/ Con el tiempo se va, todo va bien/ Con el tiempo.../ Con el tiempo todo se va/ Se olvidan las pasiones y se olvidan las voces/ que decían bajito con palabras de la gente pobre:/ "No vuelvas tarde.sobre todo no cojas frio"./ Con el tiempo.../ Con el tiempo todo se va,/ y uno se siente encanecido como un caballo agotado./ Y uno se siente catalogado al azar/ Y uno se siente muy sólo quizá, pero tranquilo/ Y uno se siente ridículo por los días perdidos.../ Entonces, de verdad,/ con el tiempo, ya no se ama

DEDICATED TO SHE.

2 comentarios:

Anónimo dijo...

Gracias.

Posiblemente tengas razón, es absurdo ir contra-corriente. Punto final.

McQ dijo...

Leó Férre era anarquista ergo iba contra-corriente.